Bulletin

Formation d’un nouveau gouvernement de 38 membres

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a nommé dimanche le gouvernement du Premier ministre, Boubou Cissé, qui comprend plusieurs personnalités de l’opposition, selon un communiqué de la présidence.

La formation de cette équipe de 37 membres, outre M. Cissé, nommé le 22 avril avec pour mission de former un « gouvernement de large ouverture », fait suite à la signature le 2 mai d’un « accord de gouvernance » entre la majorité et certains partis d’opposition.

Son prédécesseur, Soumeylou Boubèye Maïga, avait présenté le 18 avril la démission de son gouvernement, moins d’un mois après la tuerie de quelque 160 civils peuls à Ogossagou (centre) et une série de manifestations contre la gestion de l’Etat. Les participants à ces rassemblements ont accusé le gouvernement d’incapacité à assurer la protection des populations et de ses militaires.

cette « ouverture » se traduit notamment par l’entrée au gouvernement comme ministre des Affaires étrangères de Tiébilé Dramé, directeur de campagne de l’opposant Soumaïla Cissé face à M. Keïta à l’élection de 2018, mais signataire de l’accord.

L’Union pour la république et la démocratie (URD) de Soumaïla Cissé a en revanche annoncé qu’elle continuerait à « animer une opposition constructive », tout en se disant ouverte au dialogue avec le gouvernement.

Par ailleurs, le ministère clé de la Défense revient au général Ibrahim Dahirou Dembélé, ancien chef d’état-major des armées sous la junte issue du putsch d’Amadou Sanogo en mars 2012. Poursuivi dans le dossier de l’assassinat de militaires opposés à ce putsch, il a vu son contrôle judiciaire levé en janvier 2018 avant d’être réintégré dans l’armée comme inspecteur général.
Le ministère de la Justice a été confié au président de la Commission nationale des droits de l’Homme (CNDH), Malick Coulibaly, qui avait déjà exercé ces fonctions dans des gouvernements de transition en 2012.

Un quart de femmes

Parmi les ralliements d’opposants, le gouvernement enregistre également ceux d’Oumar Hamadoun Dicko et d’Amadou Thiam, respectivement comme ministres du Dialogue social, du Travail et de la Fonction publique, et des Réformes institutionnelles et des Relations avec la société civile.

Le Premier ministre, économiste de formation, conserve le portefeuille de l’Economie et des Finances qu’il détenait précédemment, mais avec l’appui d’une ministre déléguée, chargée du Budget, Aoua Barry Sylla.

Avec 10 femmes, soit environ un quart de l’équipe, le gouvernement est moins féminin que le précédent, qui en comptait environ un tiers, y compris la ministre des Affaires étrangères, Kamissa Camara, désormais chargée de l’Economie numérique et de la Prospective.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :