Bulletin

PREMIERS TESTS PREVUS EN DECEMBRE 2018 POUR LE PROJET D’EAU POTABLE A KABALA

Le chantier de construction des installations, qui doivent alimenter Bamako en eau potable à partir de Kabala, sont achevés à 80 %. Le constat vient d’en être dressé par le ministre malien de l’Énergie et de l’Eau, Sambou Wagué.

Pour s’enquérir de l’évolution des travaux du projet d’alimentation en eau potable de Bamako à partir de Kabala, Sambou Wagué, le ministre de l’Énergie et de l’Eau, a effectué une visite sur le chantier le jeudi 18 octobre 2018. Il ressort de cette tournée d’inspection que les travaux sont terminés à 80 %. Ce qui devrait permettre prochainement de diminuer significativement la pénurie d’eau potable à Bamako, la capitale malienne.

Partout où Sambou Wagué est passé, les ingénieurs de la Société malienne de patrimoine de l’eau potable (Somapep), l’entreprise publique responsable de ce projet, ont rassuré le ministre à propos de l’avancement du chantier, tout en laissant entendre que les premiers tests industriels pourraient intervenir d’ici décembre 2018.
Un important projet

Selon la Banque africaine de développement (BAD), ce chantier, une fois achevé, permettra de produire un volume d’eau supplémentaire de 144 000 m3 par jour, et assurera l’alimentation en eau potable de cette ville peuplée de plus de 3 millions d’habitants. Le volume généré représente 68 % de la production actuelle, et soulagera de manière significative les populations assujetties à la corvée d’eau, notamment les femmes.

Pour atteindre cet objectif, la Somapep (Société malienne de patrimoine de l’eau potable) est en train de construire une station de pompage en bordure du fleuve Niger. L’eau extraite du cours d’eau, qui traverse Bamako, sera traitée par une station de potabilisation de l’eau d’une capacité de 144 000 m3 par jour. Cette dernière sera équipée d’un dispositif d’alerte et de surveillance en continu de la qualité de l’eau. Pour acheminer l’eau potable de Kabala à Bamako, la Somapep met en place des conduites de « gros diamètre ».

Dans la capitale, l’eau sera d’abord stockée dans des réservoirs qui disposent de capacités comprises entre 2 000 et 10 000 m3. Pour distribuer cette eau à la population, Somapep construit 880 km de réseau de distribution et réhabilite au moins 50 km de tuyaux. L’entreprise publique installe aussi plus de 1100 bornes fontaines, plus de 66 000 branchements sociaux et 44 000 branchements domiciliaires normaux. Toutes ces infrastructures nécessitent un investissement total de plus de 294 milliards de francs CFA, soit plus de 449 millions d’euros.
Participation de plusieurs partenaires au développement.

Ce projet a reçu le soutien de plusieurs partenaires au développement. La BAD a injecté 21 % du montant total. Le reste est assumé par la Banque mondiale, l’Agence française de développement (AFD), le Fonds africain de développement (FAD), la Banque européenne d’investissement (BEI), la Banque islamique de développement (BID), la Coopération italienne et l’État malien.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :