Bulletin

Un malien invente un ciment fabriqué avec des matières recyclés

Un jeune Malien expatrié au Canada a eu l’idée de développer un nouveau type de ciment plus respectueux de l’environnement à base de sable, de gravier et de déchets plastiques. Les premiers tests étant concluants, il aimerait pouvoir développer son projet et construire le Mali de demain.

11111_396229475

Le béton est le deuxième assemblage de matériaux minéraux le plus utilisé par l’homme après l’eau potable, et surtout, l’un des plus polluants au monde. En cause, le ciment qu’il contient et qui sert de liant entre les granulats. Or, selon plusieurs études, produire une tonne de ciment entraînerait une émission d’environ 900 kg de C02. Son principal constituant, le clinker, nécessite une cuisson à près de 1 450 degrés celsius, ce qui explique la forte consommation énergétique. Le ciment est responsable à lui seul d’approximativement 5 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde.

D’où la volonté de trouver des alternatives plus respectueuses de l’environnement. Moussa Thiam, un Malien expatrié à Ottawa au Canada, s’inscrit dans cette recherche : il développe depuis novembre 2012 une méthode de transformation de déchets plastiques en matériaux de construction durables.

Comment ça marche ?

Exit le clincker, trop polluant. Moussa Thiam le remplace par un mélange avec du sable, un peu de gravier et des déchets plastiques qui vont constituer le liant de son matériau. Le procédé est ensuite le même que pour la fabrication du béton, à un détail près : les matières premières sont introduites dans un four, chauffé à une centaine de degrés, soit une température bien inférieure à celle utilisée habituellement pour créer du béton. L’ensemble une fois mélangé et coulé dans des moules donne un mélange homogène visible sur la photo ci-dessous.

Voici un exemple d’un pavé produit avec ce type de ciment écologique, fabriqué à l’université d’Ottawa.

Des premiers tests, avec quelques milliers de tonnes de ciment produits, ont été réalisés au Mali et dans le cadre de travaux avec l’université d’Ottawa, en incorporant des sachets plastiques dans le mélange. Le ciment a permis de paver quelques routes annexes ainsi que des parties de cour d’établissements scolaires à Bamako.

Autre avantage, assure Moussa Thiam : alors qu’un mètre cube de béton coûte actuellement entre 125 000 et 150 000 francs CFA au Mali, soit 190 à 228 euros, le prix du ciment écologique pourrait être inférieur de 15 %, environ 107 000 francs CFA le mètre cube, soit 160 euros. Mais attention, pour le moment, ce ciment, plus léger et moins gourmand en énergie, n’est pas adapté à tout type de construction. Il ne pourrait par exemple pas permettre de construire une maison suffisamment solide.

Pour produire ce ciment, notre Observateur utilise un four dont il cherche à réduire les propriétés polluantes.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :