Bulletin

Après avoir gagné la poursuite en diffamation contre « confidentielafrique » Karim Keita porte plainte contre Le «Sphinx »

Accusé d’avoir acheté les Hirondelles et d’avoir fait libérer un prétendu escroc, Karim Keita porte plainte contre Le «Sphinx ».

Il y a que six mois, l’honnorable Karim Keïta, fils du Président Ibrahim Boubacar Keita, a deposé et gagné une poursuite en diffamation contre Ismael AIDARA, Directeur de publication du site internet « confidentielafrique.com »appartenant à la société dénommée « Groupe 2AM Edition S.A.U », et  Rudy OLIVIER, auteur de l’ article, complice, en service à la société

 

Suite à la publication en ligne le 04 novembre 2016 ( 21 H 35 mn ) paru dans le journal numérique Confidentiel Afrique édité par le Groupe 2 AM S de l’article sous la plume de Rudy Olivier – mis en ligne le 4 novembre 2016 et intitulé : « Exclusif- Mali : Le Fils du Président Ibrahim Boubacar Keita , Karim Keita Alias Katio se paye un immeuble de luxe à Dubai pour 4,5 milliards de Fcfa ». la Direction  Éditoriale du Groupe Confidentiel Afrique tient a présenté ses excuses à Monsieur Karim KEITA, l’Honorable Député et Président de la Commission Défense de l’Assemblée nationale du Mali, à sa famille, ses proches et ses collègues parlementaires.

 

Selon du déposition, depuis le 04 novembre 2016, le site intitulé « confidentielafrique.com » diffuse sous la signature de M. Olivier des articles nombreux dont le contenu est diffamatoire.

 

Dans les deux cas, le tribunal a tranché en faveur de M. Karim Keïta, jugeant que toutes les allégations et imputations sont mensongères. La Cour constate que ces allégations sont faites à dessein, et n’ont d’autre but que de porter gravement atteinte à l’honneur et à la considération de M. Keïta et entacher sa carrière politique. M. Aidara et M. Olivier sont déclarés atteints et convaincus des délits respectifs de diffamation et de complicité de diffamation commis avec moyen de diffusion publique sur le fondement des articles du Code Pénal.

Les deux sont condamnés à payer au requérant la somme 500 000 000 FCFA à titre de dommages et intérêts en réparation du préjudice qui lui à été causé.

Les Citations Directes et les verdicts sont les suivants.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :