Bulletin

Protection des droits de l’Homme au Mali : La CVJR signe un accord signé

Dans le cadre de la protection des droits de l’homme, la Commission Vérité Justice et Réconciliation (CVJR) présidée par Ousmane Oumarou Sidibé a signé le mercredi 5 avril dans la salle de conférence de ladite commission, une convention de partenariat avec les Organisations de Défense des Droits de l’Homme (ODDH), représentées par Madani Koumaré.
A travers cet accord de partenariat avec les Organisations de défense des droits de l’Homme, la CVJR entend promouvoir le processus de recherche de la vérité, la primauté du droit, le soutien et les réparations pour les victimes ; toutes choses qui mèneront à la réconciliation nationale. En effet, cet accord vise à aider la CVJR à promouvoir le respect des droits de l’homme au Mali, en mettant l’accent sur la reconnaissance des droits violés à la suite des crises survenues au Mali.
Pour atteindre ces objectifs, à travers ledit accord de partenariat signé par la CVJR les ODDH, se sont engagées de mettre à la disposition de la CVJR, toutes les informations à leur disposition relatives au mandat de la commission. Ces informations comprennent, entre autres : les enregistrements des allégations, les listes des victimes, les documents, notamment ceux relatifs à des cas d’abus ou de crimes de droits de l’homme, le matériel bibliographique ainsi que toutes informations utiles pour servir la CVJR dans ses missions. Mais aussi, les Organisations de Défense des Droits de l’Homme (ODDH) travailleront à faciliter à la Commission Vérité Justice et Réconciliation (CVJR) le contact avec les victimes et les témoins et à accéder aux sources d’informations au cours de ses enquêtes.
Prenant la parole au nom des ODDH, Madani Koumaré, soutiendra que si la justice transitionnelle vise à restaurer les droits inaliénables des victimes et rétablir l’harmonie entre des groupes sociaux, elle ne pourra atteindre ce noble objectif qu’en faisant éclore des espoirs de paix dans le contexte particulier qui a vu naitre la discorde. Ainsi, selon lui, quel que soit le mécanisme mis en œuvre, son succès dépendra avant tout de la prise en compte des spécificités de la société dans laquelle cette justice transitionnelle est appelée à se réaliser et l’inclusion de tous les acteurs, sans exclusive.
Madani Koumaré précisera que les ODDH s’engagent entre autres à mobiliser les victimes et les communautés, à faciliter des contacts avec les victimes et les communautés, et à apporter un appui psychosocial aux victimes.
Pour sa part, le président du CVJR, Ousmane Oumarou Sidibé, dira que ce partenariat avec les Organisations de Défense des Droits de l’Homme est un choix bien raisonné, au regard des efforts multiples consentis par elles sur le terrain. Selon lui, les ODDH, à travers leur travail sur le terrain avec les victimes, connaissent les besoins réels de ces dernières. D’où, selon lui, tout l’intérêt pour la CVJR de signer un accord de partenariat avec les organisations de la société civile.
Par Moïse Keïta LE SURSAUT

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :