Bulletin

Au Mali, les acquis sécuritaires sont encore fragiles

Le conseil de sécurité s’est réuni le jeudi 6 avril à New York, au siège de l’ONU, pour examiner le rapport trimestriel du secrétaire général des Nations Unies sur la situation du Mali.

Cette rencontre a été une occasion pour le ministre malien des Affaires étrangères, de la Coopération internationale et de l’Intégration africaine, Abdoulaye Diop, d’exposer les acquis et les défis sur la sécurité dans le sahel et particulièrement celle du Mali.

Selon Abdoulaye Diop, depuis l’examen du dernier rapport par le conseil de sécurité sur la situation au Mali en janvier 2017, de nombreuses avancées ont été enregistrées dans les domaines de la politique, de la sécurité, dans le rétablissement de l’autorité de l’État, de la protection des droits de l’homme, le développement et l’action humanitaire.

Il rappelle à cet effet que le gouvernement du Mali a pris des mesures nécessaires pour l’opérationnalisation des patrouilles mixtes dans le domaine de la défense et de la sécurité.

« Dix mois après l’option de la résolution 2295, nous avons observé que des dispositions pertinentes de la résolution ne sont pas encore matérialisés sur le terrain à cause des lacunes dans les capacités opérationnelles de la mission » à déclaré le ministre Diop.

Pour le ministre des Affaires étrangères, la situation sécuritaire dans le centre du pays est aussi une préoccupation pour les autorités maliennes. « Pour y faire face, les autorités ont adopté le plan de sécurisation intégré de ces régions pour lutter contre la prolifération des armes légères, coordonner et évaluer la stratégie de lutte contre l’insécurité et le terrorisme » a poursuivi Abdoulaye Diop.

« Lors du deuxième Sommet ordinaire, tenu à Bamako le 6 février 2017, les chefs du G5 Sahel ont décidé de créer une force conjointe pour lutter contre le terrorisme, la criminalité transnationale organisée et l’immigration clandestine dans l’espace G5 Sahel » a-t-il annoncé.

« C’est le Mali qui doit coordonner ce processus pour aboutir à la création de cette force en sa qualité de président en exercice du G5 Sahel. Et le concept stratégique d’opération sera examiné, le 13 avril 2017 par le conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine qui le soumettra à l’approbation du conseil de sécurité de l’ONU » a ajouté le ministre Diop.

Le ministre malien a insisté sur la nécessité pour le conseil de sécurité de doter la MINUSMA de moyens adéquats lui permettant de s’acquitter pleinement de son mandat de stabilisation du Mali, et accompagner le gouvernement dans ses efforts de rétablissement progressif de son autorité.

Il a enfin réitéré, l’appel du peuple malien à tous les partenaires, afin qu’ils accomplissent les engagements pris en faveur du processus de paix au Mali.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :